Journée nationale de colère des infirmières libérales

A l’occasion de la journée internationale des infirmières les infirmières libérales de nombreux départements ont exprimé leur colère à l’encontre de la loi Santé qui, selon la FNI, rendrait les infirmières salariées des maisons de santé et dépendantes de l'autorités des médecins de ces structures. Le patient perdant le choix de son soignant.

Ces IDEL ne partagent pas l’avis des tutelles selon lequel une meilleure coordination des acteurs passe par la disparition de l’exercice libéral et la subordination à un médecin.

Elles étaient en cortège dans de nombreuses régions : péage de Saint jean de Védas (34), d’Heudebouville sur l’A13 (27), sur l’autoroute Paris-Lyon, ou en opération escargot à Rennes sur la RN12 et la RN24 pour rejoindre la préfecture, à Limoges, Albi, La Rochelle, Pointe à Pitre… 

En Franche-Comté, nombreux étaient les cabinets de soins étaient fermés, les appels téléphoniques transférés à la préfecture et les grands axes routiers bloqués.

 « Notre crainte est la perte du statut libéral » à déclaré Christelle Berson, présidente de FNI 27.
 
Interviewé par France inter, le président de la FNI a averti que l’administration étatique de la médecine de ville telle que décrite par la loi santé allait conduire les infirmières libérales à la perte de leur autonomie financière et de leur indépendance professionnelle en les forçant à se regrouper dans des structures placées sous l’autorité hiérarchique du médecin, et sous l’autorité de l’état avec lequel on ne négocie pas.

Vidéos : 


Infirmiers libéraux. RN12 : opération escargot… par Letelegramme

En savoir plus : 
Communiqué de presse FNI

Partager :