Hausse des frais de scolarité : plus de 1000 étudiants infirmiers dans la rue

Le 18 décembre, entre 1000 et 1500 étudiants en soins infirmiers se sont rassemblés à Paris pour protester contre la hausse de leurs frais d'inscriptions.

« C'était une belle mobilisation », confie à Inflib le président de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI), Loïc Massardier. Motif de la grogne : l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), a récemment annoncé son intention de réclamer à ses étudiants infirmiers un droit de scolarité de 7300 euros par année d'étude, soit près de 22000 euros pour la totalité du cursus ! Les étudiants, résolus à ne pas se laisser faire, ont donc décidé de manifester leur colère.

La mobilisation semble avoir fait bouger les lignes. « Nous avons obtenu deux rendez-vous, l'un avec l'AP-HP et l'autre avec le conseil régional », explique Loïc Massardier. Les étudiants ont notamment reçu l'assurance que l'AP-HP n'exigerait aucun paiement pour les étudiants entrés en formation en 2012 et 2013. Pour ceux entrés en 2014, une convention de formation signée entre l'AP-HP et l'étudiant doit justifier la facturation de la formation. Si elle n'existe pas, l'AP-HP ne pourra exiger aucun paiement. « Et pour les étudiants qui devront payer leur formation, ils vont mettre en place une cellule d'accompagnement au financement », ajoute Loïc Massardier. Enfin, les étudiants ne pourront plus entrer à l'AP-HP sans avoir préalablement signé une convention d'engagement financier.

En parallèle, les étudiants ont engagé une discussion avec le conseil régional pour modifier les critères de prise en charge, par exemple réduire la durée requise d'inscription à Pôle emploi, ou encore réduire le coût de la formation si l'étudiant la finance seul. « Nous avons eu une bonne écoute, même s'il est difficile de savoir s'ils vont accéder à nos demandes. Nous avons cependant bon espoir de trouver des compromis », souligne Loïc Massardier. Une nouvelle rencontre est prévue en début d'année pour poursuivre l'étude de ce dossier.

Partager :