L’infirmier libéral et la retraite

Les doigts de pieds en éventail à siroter une bonne Piña Colada allongé sur un transat au bord d’un magnifique lagon aux eaux turquoise où un soleil rougeoyant se couche en toile de fond, voilà ce dont vous rêvez en pensant à votre retraite…

Mais malheureusement avant ce moment, le chemin sera long et nécessitera de prendre les bonnes décisions.

 

Il ne s’agit pas à travers cet article de détailler ce que va changer la réforme des retraites dont on à tous entendu parler en 2010. Il ne faut retenir qu’une chose : c’est déjà compliqué pour ceux qui vont partir en retraite bientôt mais ça va l’être encore plus pour la génération suivante !

Il n’y aura aucun miracle à attendre du coté de nos régimes de retraites obligatoires. Après 42 ans de bons et loyaux services, (voire 45 ans d’ici quelques années) il ne faudra pas espérer percevoir plus de 30 % de son dernier revenu pour ceux qui auront eu une carrière longue en libéral. Mais même pour ceux qui auront travaillé longtemps dans la fonction publique, ce ne sera pas Byzance non plus. Et d’ici 40 ans, les choses peuvent être encore bien pire que tout ce que l’on imagine aujourd’hui.

Mais rassurez vous, dans votre malheur vous avez une chance extraordinaire par rapport aux autres professions libérales ou aux salariés. C’est certainement la profession avec les autres auxiliaires médicaux qui paye  le moins de cotisations obligatoires retraite. Les cotisations retraite prélevés par la CARPIMKO représentent  6 à 12 % de nos revenus. Il faut savoir qu’un salarié, lui, va cotiser plus de 22 % pour sa retraite et beaucoup de travailleurs indépendants sont également à plus de 20 % de cotisations obligatoires.

C’est une grande chance. En effet, l’énorme avantage est que toutes ces cotisations que l’on ne verse pas de manière obligatoire, on peut les épargner afin de préparer soi même sa retraite. Et je vous assure qu’en s’y prenant bien, et suffisamment tôt, le résultat sera bien meilleur que ce que vos régimes obligatoires de retraite vous offriront.

Voici les principales pistes pour se préparer une bonne retraite :

 

La retraite Madelin

Ce système est réservé aux travailleurs non salariés.
C’est la solution indispensable en complément de la retraite versée par les régimes obligatoires pour tous les infirmiers libéraux qui paient des impôts.
En effet, ce système va vous permettre de vous constituer une rente à vie pour la retraite en réalisant d’importantes économies d’impôts chaque année. Vous pourrez déduire de vos revenus professionnels l’intégralité des sommes versées sur ce contrat dans la limite d’un plafond de versement qui dépend de votre revenu.

C’est une solution pertinente car elle vous garanti un revenu régulier et certain à vie. Chez certaines personnes qui ont commencées à cotiser tôt ou beaucoup, ce complément de revenu peut être plus important que ce que leur versera leurs régimes obligatoires.

Mais attention, il existe un grand nombre de contrats Madelin sur le marché et seuls quelques-uns sortent du lot. Il y a de nombreux éléments techniques déterminants dans la qualité du contrat. Malheureusement, très souvent le vendeur ne mettra en avant que la réduction d’impôts liés à cet investissement. Cependant, cet élément n’est pas le plus important. Des critères comme le calcul de la rente viagère, les conditions de revalorisation des rentes ou bien les garanties offertes en cas de décès prématuré sont autant d’éléments indispensables à prendre en compte dans le choix du contrat.
Par exemple, un bon contrat peut vous rapporter en toute sécurité une rente de 600 €/mois à vie pour un investissement mensuel pendant 25ans de 300 €/mois avant réduction d’impôts quand un autre vous rapportera pour le même effort d’épargne mensuel seulement une rente de 400 €/mois. En commençant 10 ans plus tôt à cotiser, ce bon contrat apporterait une rente mensuelle d’environ 1100 € soit quasiment le double !

Inflib.com peut vous aider à faire le bon choix ou vous dire si le contrat que vous avez déjà fait partie des meilleurs.
Sachez aussi que nous organisons régulièrement des réunions d’informations sur ce thème. Nous invitons des professionnels de la retraite à qui vous pourrez poser toutes les questions qui vous intéressent.

L’investissement immobilier

C’est un outil de préparation de la retraite très important. Il dispose de nombreux effets de levier qui permettent avec un effort d’épargne raisonnable de se constituer un patrimoine, des revenus complémentaires pour la retraite ou bien un capital en cas de revente important.
En effet, c’est le seul placement pour lequel vous pourrez emprunter de l’argent à la banque et votre investissement sera payé en grande partie par le locataire et la réduction d’impôts suivant le type d’investissement que vous faites.

Il existe de nombreuses façons d’investir dans l’immobilier en France. Notamment à travers différentes lois qui permettent de réduire ses impôts de manière importante. Vous avez probablement entendu parler de la loi Scellier ? Il faut savoir qu’il en existe beaucoup d’autres tout aussi intéressantes : LMNP à l’amortissement, Censi Bouvard, loi Malraux, monuments historiques, Scellier outre mer… Elles ont chacune leurs spécificités et leurs intérêts. 

Mais n’oubliez pas qu’un investissement immobilier reste un investissement important et que la réduction d’impôt à elle seule ne suffit pas à la réalisation d’un bon investissement. On n’achète pas un appartement ou une maison comme on achète une baguette de pain. Vous devez toujours vérifier que l’investissement que l’on vous propose est un bon investissement immobilier sans prendre en compte comme seul critère la réduction d’impôts liée au projet.

Inflib.com peut vous accompagner dans votre projet.
Vous avez été démarché à domicile et vous voulez savoir si l’investissement qu’on vous propose est fiable ? Contactez nos spécialistes immobiliers indépendants avant de signer quoi que ce soit. Ils prendront le temps d’étudier la question avec vous.

Vous pouvez également venir participer aux réunions d’information sur ce thème.

L’épargne

Élément indispensable à toute bonne préparation de sa retraite, elle ne doit pas être la seule solution pour assurer ses vieux jours.
Il s’agit de se constituer une épargne sous forme de capital en effectuant des versements réguliers sur le long terme. Ce capital pourra permettre à la retraite de disposer d’une bonne trésorerie afin de pouvoir réaliser des projets qui nécessitent une forte sortie d’argent. Par exemple l’acquisition de sa résidence principale ou bien le financement d’une résidence secondaire au bord de la mer dont on rêve depuis si longtemps…

Dans la majorité des cas cette épargne est investie sur un contrat dit « Assurance Vie » pendant une période qui doit dépasser 8 ans pour que cela soit intéressant. C’est une solution qui offre beaucoup de souplesse mais le risque est que l’on soit tenté de piocher dans son capital avant son départ en retraite.

L’assurance vie vous permettra de choisir parmi un grand nombre de supports financiers en fonction de votre profil de risque. Si vous recherchez avant tout la sécurité, alors investissez principalement votre argent dans ce qu’on appelle « les Fonds Euro », ce sont des supports financiers complètement sécurisés où il n’est pas possible de perdre de capital. Le rendement ne sera pas très important (de 3% à 4% par an actuellement) mais il sera garanti. Pour les plus téméraires, vous pourrez choisir des supports financiers beaucoup plus rentables mais beaucoup plus risqués car ils ne disposent pas de garantie de capital. Vous pouvez bien sûr diversifier votre épargne en investissant une partie en Fond Euro et une autre dans des supports financiers plus risqués.

Il existe une myriade de contrats d’assurance vie sur le marché. Pour faire le bon choix, vous devez faire attention aux frais du contrat tels que les frais sur chaque versement dits “frais d’entrée“ ou bien les frais sur l’épargne gérée qui sont des frais prélevés chaque année sur l’épargne totale de votre contrat.
A titre d’exemple, une épargne de 300 € par mois pendant 25 ans avec une rentabilité moyenne de 3,5% permet de se constituer au terme un capital d’environ 140 000 €.

Les pièges à éviter

Le premier piège à éviter est de croire sur parole tout ce que raconterait un vendeur qui vous aurait démarché en vous promettant la Lune. L’investissement miracle qui vous promet de ne plus payer d’impôts pendant des années avec des rentabilités mirobolantes pour 50 € par mois n’existe pas.

Attention également à ceux qui veulent vous faire changer de contrat retraite Madelin alors que vous l’avez souscrit depuis plusieurs années. La méthode de calcul des rentes ayant changé en 2007, vous pourriez perdre beaucoup d’argent si votre contrat vous garantissait une méthode de calcul antérieur à 2007. Lisez bien vos conditions générales et si vous avez un doute contactez nous.

Enfin, et c’est très important, les éventuelles réductions d’impôts liées à votre investissement ne doivent jamais être votre seul critère de choix.

Ayez le bon réflexe, contactez l’équipe d’Inflib.com avant de vous engager.

En conclusion

Lorsque l’on est infirmier libéral, il ne faut surtout pas prendre à la légère le problème des retraites. ANTICIPEZ ! Car ce n’est pas 5 ans avant l’échéance fatidique qu’il faut envisager de préparer sa retraite car il sera trop tard. Ou alors vous serez obligé de travailler jusqu’à 70 ans, voire plus.

La règle d’or pour se préparer soi même une bonne retraite est de consacrer au moins 10 % de ses revenus. Dites vous qu’il s’agit d’une cotisation obligatoire, vous allez pouvoir les utiliser pour réaliser vos propres investissements. Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Diversifiez dans la mesure du possible (retraite Madelin, l’immobilier et l’épargne).

Si vous respectez cette règle et que vous faites les bons choix, la retraite ne sera plus jamais une inquiétude pour vous. Cela vous permettra même dans la plupart des cas de partir beaucoup plus tôt à la retraite. Nous connaissons des infirmiers libéraux installés depuis plus de 15 ans, qui on été bien conseillés et qui ne se posent plus la question du problème de la retraite. Ils sont certains de pouvoir partir à 60 ans avec une retraite très confortable.  A l’inverse, certains collègues proches du départ, et n’ayant rien fait, sont paniqués depuis qu’ils ont reçu le montant de leur droit à la retraite.

Commencez le plus tôt possible car l’effort d’épargne à y consacrer sera beaucoup moins important que si vous attendez la dernière minute.

Pour en savoir plus
Contactez-nous pour un rendez-vous retraite

Partager :