Un sondage semble dire que "les français" veulent se faire vacciner en pharmacie et la médecine de guerre s'installe dans les programmes des étudiants : une semaine infirmière n°14

1- Dans les journaux 80 % des français seraient prêts à se faire vacciner en officine?
 
 C'est le fait de la semaine que vous avez dû voir passer partout dans la presse (chez actusoins, le moniteur des pharmacies ou le quotidien du médecin ) : une enquête  réalisée entre le 6 janvier et le 23 mars 2016 (questionnaire auto administré), à partir des réponses de 5 988 clients de 18 ans et plus dans 65 officines révèlerait selon ces magazines que "80% des français" sont prêts à se faire vacciner en officine.

Pourtant personne ne parle du questionnaire en lui même (dont les résultats sont à lire ici ). Or, tout d'abord ce questionnaire a été commandé par le laboratoire MYLAN (mais nous ignorons dans quel but), il a été autoadminsitré dans les officines même ("Questionnaire qu'au cours d'une enquête la personne interrogée remplit elle-même intégralement, l'enquêteur n'intervenant que pour s'assurer de la collaboration de cette personne") et ensuite les données "ont été recueillies et aucun quota n'a été posé lors du terrain et aucun redressement n'a été effectué a posteriori ce sont donc des données brutes".

Donc en toute logique les resultats obtenus ne peuvent en aucun cas concerner "les français" mais simplement "les patients clients qui ont repondu a ce questionnaire", ce qui fait tout de même une différence de taille. D'ailleurs on voit que l'echantillon est composé de 68% de femmes et 32 % d'hommes (rapport a peu prés plausible sur un petit nombre de personnes interrogées dans des pharmacies, pas du tout si on voulait étendre ce resultat). De plus quand on sait en plus qu'il y a 22 111 officines en france et dans les DOM et que seulement 65 ont participés à ce sondage,  ce ne sont donc pas "80% des francais" qui sont prêts à se faire vacciner en pharmacie mais "80% des 5988 patients clients qui ont accepté de repondre à un questionnaire autoadministré à l'intérieur même de 0.29% des officines de France, résultat publié avec des données non corrigées", ce qui, tout de même, n'est pas tout à fait la même chose…

Et pourtant la dernière phrase du resultat de ce sondage dit " Concernant juste la vaccination antigripale ceci correspondrait à 3.8 millions de vaccination par an, soit plus de 170 par officine" ce qui induit que l'auteur se permet une projection nationale à partir d'un echantillon pourtant représentaif que de lui-même… Mais le pied de page qui dit "La vaccination : future mission du pharmacien ?"  finit aussi de nous renseigner sur le but réel de ce sondage: on a là le cas typique, comme on dit chez, nous "d'une tempête dans un verre d'eau" et qui fleure bon le coup de publicité. Tant mieux pour eux puisque ça marche chez des médias qui lisent des résultats en diagonale… Dommage par contre que pour faire un gentil coup de pub pour les pharmaciens on sabre un débat (Qui vaccine ? Comment ? Où ? Et pour combien? ) qui aurait bien besoin d'être posé, calmement.

 2- Ils dansent dans la rue pour célébrer l'ordre infirmier.
 
 Il y a quelques jours, plusieurs personnes se sont réunies devant le palais du gouvernement pour fêter en dansant une loi qui rend l'ordre infirmier obligatoire. (pensez a desactiver vos bloquers pour voir la vidéo).
Allez, avant que nos amis les "anti ordres" ne nous accusent encore de bidonnage ou de propos "pro ordre", rassurez-vous (ou pas d'ailleurs ?) c'est en République Démocratique du Congo que cela se passe.

Ceci dit, même si elle fait plaisir à lire, cette phrase : "Étant une profession de santé dont l’une des exigences est d’assurer la permanence au chevet du malade, la pratique infirmière est en toute circonstance axée sur l’honnêteté, l’impartialité, la transparence, la clarté et l’observation rigoureuse des principes de la justice, de la morale et de la dignité de la personne humaine" qui lie donc les soins infirmiers avec les notions de "justice" et de "morale" (concepts flous et ambivalents s'il en est… Qu'est ce que la justice dans les soins? La morale?) nous laisse un brin songeurs.


 

 3- La médecin de guerre s'invite dans les formations soignantes.
 
 Pour comprendre en quoi les attentats de ces dernières semaines ont fait basculer la chirurgie de ville dans une certaine chirurgie de guerre, on vous propose d'abord de regarder cette vidéo disponible sur le site de l'obs et qui recueille le témoignage d'un des chirurgiens qui a pris en charge des blessés du bataclan

Et assez logiquement on a appris cette semaine que des écoles d'infirmière en Belgique s'équipent aujourd'hui de mannequins qui présentent les traumatismes des attentats. Cela peut paraître excessif mais quand on sait que la médecine (et la chirurgie) de guerre sont des connaissances très spécifiques (les blessures par balles font des dégâts trés particuliers) dont heureusement / malheureusement on manque pour l'instant, on se rend compte que l'on est loin de tout sauf de l'anecdote.
 
 4- Le gagnant de la semaine :
 
 Est une gagnante ! Une infirmière new yorkaise qui a envoyé des photos de zizi de patient à ses collègues.
 Mais bien évidemment en France cela n'arriverait JAMAIS !!! C'est comme faire des selfies de l'équipe avec une caméra de coelio, JAMAIS DE LA VIE !!!

Enfin, sinon, dans la série des infos qu'on ne comprend pas / on fait un métier étrange quand même / les etrangers sont des gens étranges : à Montréal une infirmière a été radiée de son ordre pour une relation avec un patient. Là par contre si on veut appliquer ça en France, il se peut que l'ordre doive recruter… Et oui c'est ça la France !

A la semaine prochaine !
 

Si vous souhaitez :
-Vous informer sur la profession et assister à une réunion de formation cliquez ici
– Réagir à cette article, incrivez-vous en dessous.

 

Partager :