Un été pour se lancer : Quels soins doit-on maitriser, quel est le meilleur moment pour se lancer et combien gagne-t-on en libéral ?

 

Pendant quelques semaines le site prend ses quartiers d’été, au frais, pour se ressourcer avant la rentrée. Mais la fin d’été c’est aussi le moment des bonnes résolutions… Et si cette année vous osiez le libéral ? Voici quelques questions (et leurs réponses) pour vous aider à réfléchir.

 

 

 

Quels soins doit-on maîtriser avant de se lancer en libéral ?

Il n’y aucune règle absolue et tant que vous avez votre diplôme (!) tous les soins que vous connaissez pourront potentiellement vous être utiles en libéral, suivant le mode d’exercice que vous allez choisir. À l’inverse, il n’est pas nécessaire d’être un crack en soins techniques pour se lancer en libéral, en effet, si vous avez un soin particulier à faire, bien souvent, on vous proposera une formation spécifique au matériel.

Sur le plan relationnel, de même, il n’y a pas de service qui vous « prépare » plus qu’un autre à exercer en libéral. Les seules vraies qualités nécessaires en libéral sont l’autonomie (vous exercez seul donc il vaut mieux savoir réagir quand arrive un problème) et surtout une bonne capacité à rester calme en toutes circonstances : comme vous êtes seul au domicile, les patients se calquent souvent sur votre réaction pour exprimer la leur donc si vous paniquez, ils paniquent ; si vous êtes calme, ils le seront aussi et tout se passera bien.

 

À quel moment de sa carrière vaut-il mieux se lancer ?

Tous les stades de la vie professionnelle infirmière ont leurs avantages et leurs défauts pour se lancer en libéral : « jeune » on est plein d’enthousiasme mais on manque d’expérience et c’est parfois difficile de se projeter dans un projet de vie définitif ; plus tard dans la carrière on est un peu plus fatigué, on a plus de charges à tenir mais on est aussi plus expérimenté et plus au clair avec soi-même et donc apte à se projeter dans l’avenir… Il n’y a donc pas de « bon » ou de « mauvais » moment dans sa carrière pour tenter l’expérience en libéral. D’autre part, les frontières entre le salariat et le libéral sont aujourd’hui bien plus poreuses qu’il y a quelques années et le libéral n’est plus obligatoirement « le choix d’une vie » , on peut y passer quelques années et revenir dans le salariat ou faire évoluer sa carrière différemment. Toutefois, nous conseillons tout de même d'avoir au moins 3 ou 4 ans d'expérience salariée en "équipe de soins généraux" plutôt que s'en tenir aux 2 ans habituellement recommandés.

Combien on gagne en libéral ?

C’est bien sur LA question… Mais sa réponse est plus complexe que prévu. Oui « en moyenne » les infirmiers libéraux gagnent plus d’argent à la fin du mois que les infirmiers salariés, mais que signifie cette moyenne, telle est la question… En effet, le chiffre ronflant des revenus annuels moyens ne dit rien du temps passé pour faire ce chiffre et si un infirmier consacre réellement (travail administratif compris) 1 607 heures par an à son activité libérale (temps qui correspond au temps de travail annuel d’un employé aux 35 heures), son revenu réel sera bien en dessous du revenu d’un infirmier salarié. Donc il faut bien comprendre tout de suite que si « en moyenne » les infirmiers libéraux ont un revenu plus élevé que les salariés c’est parce qu’« en moyenne » ils travaillent plus d’heures ! Pire, la différence de revenu entre les salariés et les libéraux n’est même pas proportionnelle à l’augmentation du temps de travail ; en incluant le travail administratif et tout le temps pour faire vivre le cabinet, sans compter les heures de garde près du téléphone, pour un temps de travail multiplié par deux vous ne doublerez probablement pas vos revenus de l’hôpital, tant s’en faut.

Mais pour répondre clairement à LA question, suivant les ARAPL (associations de gestion dont nous reparlerons plus tard) le bénéfice moyen (le revenu réel) des infirmiers libéraux pour 2015 est de 50 600 euros (ou 4 216 euros par mois), or il était de 51 000 euros en 2014 et il serait donc en baisse ! Mais ces chiffres montrent aussi une grande disparité des revenus entre les professionnels car la moyenne du quart des infirmiers libéraux les moins « rémunérés » s’établit à 27 500 euros par an (2 290 euros par mois) alors qu’il est à 62 140 euros par an (5 178 euros par mois) pour le quart supérieur, soit une différence de revenu de 1 à 3 d’un infirmier à l’autre !

Pour vous aider à y voir plus clair, sachez que  tout cela fait partie des sujets majeurs que nous abordons lors des formations à l'installation alors n'hésitez pas à vous renseigner sur les pages dédiées pour participer à la prochaine!

A la semaine prochaine !

Partager :