Suppression de l'Ordre infirmier : j'aime…j'aime plus ?

Internet se déchaîne depuis l'annonce du vote de l'amendement supprimant l'Ordre Infirmier le 10 avril dernier (voir notre article

Même s’il est peu probable que le Sénat valide cette décision, le Syndicat Résilience, toujours aussi farouchement opposé à l’Ordre, ne ménage pas ses efforts avec l’envoi d’une lettre aux députés.

Une page spéciale « OUI à la suppression de l'Ordre National des Infirmiers »193 Like à l’heure de rédaction de cet article) s’oppose à celle « Je suis contre la suppression de l’ONI »  (4 210 Like)

Une pétition « Non à la disparition de l'Ordre National des Infirmiers » a également été lancée sur Pétition Publique

De nombreux soutiens institutionels ont par ailleurs fait part de leur indignation et incompréhension devant le vote de l'assemblée.  Ainsi, 16 organisations signataires d’un communiqué de presse (1) se demandent comment « une poignée de députés s'autorisent à mépriser ainsi toute une profession de santé de 618.000 infirmiers ? » elles reconnaissent que « certes, l'ONI a rencontré des difficultés dans sa mise en place,  mais a su réagir, et ce sont aujourd'hui plus de 168.000 infirmiers diplômés d'Etat qui sont concernés. » puis s’interrogent « qui à présent va garantir l'éthique et la déontologie encadrées par l'Ordre ? ».

Cette semaine encore, l’Ordre a fait condamner à un an de prison ferme une aide-soignante qui travaillait comme IDE avec un faux diplôme

Malgré ses erreurs de jeunesse, comme lors de l’épisode de l’année dernière lorsque des confrères ont été convoquées à la gendarmerie, car n'étant pas inscrites à l’Ordre, il faut reconnaître que du côté des infirmiers libéraux, cela semble plus serein.

En effet, les IDEL sont bien plus souvent au contact de l'Ordre que nos confrères hospitaliers : service juridique, modèles de contrats, caducées « officiels » pour les soins à domicile, tribunaux en cas de désaccords entre associés, collaborateurs et remplaçants, services administratifs (enregistrement des contrats, changement d'adresse, etc.).

De là à parler d'un Ordre exclusivement utile aux libéraux… c’est le raccourci que n’hésitent pas à faire certains :" A l'hôpital on nous disait que l'Ordre infirmier ne servait à rien, mais dès qu'on s'installe en libéral il devient obligatoire : pourquoi ce deux poids – deux mesures ? » nous demande Laurent, IDEL à Paris.

Un article du Point le rappelle d’ailleurs aujourd’hui « Créé fin 2006, l'Ordre infirmier, voulu par le milieu libéral, est très contesté, particulièrement dans le secteur public hospitalier qui n'en voit pas l’utilité. » 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Par Abdel IAZZA, IDEL

(1) Communiqué de presse « Coup de gueule d' l'ensemble d'une profession en colère ! »
http://www.espacedatapresse.com/fil_datapresse/consultation_cp.jsp?idcp=2800243

Partager :