Pradaxa : des familles de patients portent plainte

Quatre familles de personnes âgées décédées début 2013 ont porté plainte pour homicide involontaire contre le laboratoire allemand Boehringer Ingelheim, qui commercialise l’anticoagulant oral (NACO) Pradaxa. Les patients prenaient tous ce médicament, prescrit pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux.

Les plaintes ciblent aussi l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), accusée d’avoir « méconnu les principes de précaution et de prévention ». En septembre, l’ANSM a pourtant envoyé une mise en garde aux professionnels, sur les risques hémorragiques liés à l’utilisation des NACOs. Et la Haute autorité de Santé (HAS) a indiqué, dans un avis publié en juillet, que ces médicaments pouvaient être une alternative, mais que « dans la plupart des cas, les AVK restent les anticoagulants oraux de référence ». Sur son site internet, l'ANSM rappelle que « les patients ne doivent pas arrêter leur traitement anticoagulant sans avis médical ».

Partager :