Pour qui voter dimanche ? Une semaine infirmière.

Nous y voilà ! Cette « semaine infirmière » est postée le samedi et nous sommes donc à la veille du premier tour des élections présidentielles. Comme tous les autres sujets sérieux (mis a par le prix des costumes Arnys ?) on ne peut pas dire que la santé ait été (pour l’instant) au cœur de la campagne… Mais elle est tout de même l’occasion pour les grands médias de faire des portraits individuels et donc de proposer une « photographie » de la profession infirmière (toujours en bonne place parmi les métiers préférés des francais ). Enfin, il reste aussi la question : « Pour qui voter dimanche ? ».

 

Une photographie des infirmiers.

Le sujet star de la campagne aura été les « maisons de santé », censées répondre aux déserts médicaux. Mais que pensent de cette campagne les infirmiers qui y travaillent ? La république du centre a fait un portrait assez précis (et assez déroutant quant à la vidéo qui décrit les lieux) de Gisèle Clavel et Elisabeth Rochon qui exercent toutes deux à l’établissement Liliane-Coupez, Maison de santé à Orléans, depuis son ouverture en janvier 2015.

RFI, quant à lui fait un bilan de la profession chez les hospitaliers, avec un constat général assez sombre : désenchantement général et manifestations…

Même son de cloche à Poitiers avec une infirmière hospitalière interviewée (écrit et vidéo) par Centre Presse : Elle votait PS jusque-là mais elle ne sait pas vers qui se tourner cette fois, tant elle aussi a l’impression que « qu’on ne les intéresse pas ».

France bleu fait, lui, le portrait d’Anne, une infirmière libérale près de Poitiers. Sans surprise le constat est sec : forfaits de soins qui n’augmentent pas, manque de reconnaissance, manque d’écoute et besoin de changement…

Pour qui voter dimanche ?

Parmi toutes les animations et tous les articles que nous avons croisés, un seul a vraiment retenu notre attention car il est simple et recense tous les candidats et tous les sujets (maison de santé, 100 %, etc.). Il a été fait par bfmtv.

Si vous hésitez encore, vous pouvez aussi comparer les candidats trois par trois sur « la santé candidate »  (mais en sachant que ce site a été financé par « les entreprises du médicament »).

Et maintenant, à vous de choisir dimanche, évidemment ! (ne nous dites pas que vous y avez cru quand même 😉 )

Et sinon ? Les étudiants infirmiers aussi ont des idées !

Et ils l’expriment par le biais de leur syndicat la FNESI (Fédération Nationale des Étudiants en Soins Infirmiers) qui propose un document à télécharger où sont recensées 10 propositions pour les étudiants infirmiers afin « d’assurer leur futur ». Parmi ces propositions, nous avons retenu « la suppression du concours d’entrée » car « [du fait de son coût] Ce concours est source de précarisation pour les futur.e.s étudiant.e.s, et engendre une sélection sociale avant même l’entrée en étude. Il est important de noter que les compétences mobilisées par le concours ne sont pas en lien avec la formation. ».

Et puis la « suppression du temps d’exercice avant l’installation en libéral » car « cette obligation d’exercice, présente uniquement chez les infirmier.e.s, n’a pas de réelle justification en dehors d’une logique d’acquisition d’expérience. L’expérience, propre à chaque individu, ne devrait pas avoir sa place dans le cadre de l’exercice d’une profession. Des emplois infirmiers amènent déjà à travailler en autonomie (HAD, SSIAD…) et ceci sans conséquences néfastes pour la santé du patient. Il est important de préciser que seule une formation peut attester de l’acquisition de compétences et que l’expérience, bien qu’étant un atout, ne certifie en rien leurs acquisitions ».

Avec un chômage qui frôle les 14 % chez les jeunes diplomés et des fermetures de cabinets libéraux qui commencent à s’intensifier dans certaines régions du fait d’une surpopulation de plus en plus évidente (surtout d'ailleurs pour ceux qui ont mal préparés leur instalation), pas sûr que les étudiants soient entendus tout de suite… Mais enfin, ça leur fera de l’expérience… Ah oui mais non c’est vrai : « L’expérience, propre à chaque individu, ne devrait pas avoir sa place dans le cadre de l’exercice d’une profession »… Zut alors.

À la semaine prochaine !

 

Partager :