Pénibilité: les infirmiers montent au créneau

Le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) lance une pétition afin de faire reconnaître la pénibilité du travail infirmier, dans le cadre de l’actuel projet de loi sur la réforme des retraites. « L’infirmière cumule plusieurs des 10 facteurs de pénibilité au travail (manutention de patients, travail de nuit, exposition aux produits de chimiothérapies, etc.) », rappelle le SNPI, qui ajoute que des études « ont montré que l’espérance de vie d’une infirmière est inférieure de 7 ans à celle d’une femme française ».

Pour le syndicat, « il semble logique de raisonner en pénibilité liée au métier et non au statut ou à la convention collective » puisqu'au cours de sa carrière, « l’IDE aura souvent exercé dans les trois secteurs (public, privé, libéral) ». Le syndicat réclame donc « pour toute infirmière salariée », une « majoration de durée d’assurance d’un an pour dix ans, au travers d’un départ anticipé à la retraite et le bénéfice du compte personnel de prévention de la pénibilité » qui devrait être créé par la nouvelle législation. Le SNPI invite les 500 000 infirmiers à « mettre la pression » sur le cabinet de la ministre de la Santé, en téléchargeant et en envoyant la pétition disponible sur son site internet.

 

Partager :