Une négociation à pas lents, des médecins qui préfèrent les infirmières libérales aux HAD et un nouveau site flambant neuf : une semaine infirmière !

Plusieurs fois retardées et finalement lancées juste avant l’été, les négociations conventionnelles avancent au rythme d’une réunion par mois et dans ce laps de temps chacun des syndicats présents autour de la table nous donne sa version de l’histoire en cours… En attendant, parce qu’il ne faut tout de même pas se priver des bonnes nouvelles : une enquête exclusive dans  un URPS d’île de France montre que les médecins généralistes plébiscitent les infirmiers libéraux face aux HAD pour les prises en charge de patient. Enfin, taratata, vous l’avez sûrement vu mais votre site inflib.com a fait peau neuve !

 

Les négociations avancent (doucement)

On vous en parlait dès l’ouverture en juillet, les 3 sujets de cette session de négociations conventionnelles entre les syndicats représentatifs et les caisses d’assurance maladie sont le zonage, la DSI, et d’autres sujets « annexes » en matière « d’éducation thérapeutique et sur l’implication des professionnels dans la prise en charge de certaines populations… »

Où en sommes-nous à ce jour ?

Pour le zonage : Le sujet semble tellement au point que la Sécurité sociale propose de signer dès le 21 novembre (dans deux mois) un « avenant intermédiaire » uniquement sur ce sujet, ce qui reviendrait à durcir les conditions d’installations quasiment sans contrepartie immédiate. Les deux syndicats SNIIL et CONVERGENCE INFIRMIÈRE s’en offensent quand la FNI temporise.

Pour le BSI : Sans surprise, le test « grandeur nature » qui a été mis en place juste quelques semaines avant le début des négociations n’est ni fini ni exploitable. Logiquement, la modification de l’acte AIS qui devrait y être lié (même si on ne voit pas trop comment une négociation conventionnelle viendrait modifier la NGAP puisque ce sont deux textes différents…) est suspendue elle aussi. La Sécurité sociale propose donc de faire un avenant définitif sur ce sujet fin juin 2018 (soit dans 8 mois). La aussi les deux syndicats SNIIL et CONVERGENCE INFIRMIÈRE s’en offensent quand la FNI temporise.

Pour les « autres sujets », comme toujours, la plus discrétion est de mise puisque personne ne communique là-dessus. Quelles sont les avancées professionnelles qui justifieront pleinement le recul de la liberté d’installation et une facilité accrue de contrôle des ais 3 (acte conflictuel s’il en est…) ? Le mystère et le suspense restent donc encore entier. À suivre !

Note : Quant au syndicat ONSIL, exclu de ces négociations pour cause de représentativité insuffisante, il publie une lettre à Nicolas Revel sur sa page Face book pour lui demander de « les éclairer sur ses intentions »

Les infirmiers libéraux préférés au HAD par les médecins généralistes d’île de France

l’URPS médecine libérale d’île de France a mené une enquête sur la « visite à domicile » chez ses adhérents. On y apprend que le maintien à domicile se fait à 92 % avec des infirmiers libéraux et que la régulation avec les infirmiers se fait pour 89 % du temps au téléphone. Mais surtout on y lit que « seuls 5 % des HAD sont prescrites par un médecin libéral, alors que 71 % des médecins généralistes libéraux savent qu’ils peuvent la prescrire. En effet, ils semblent privilégier une organisation entre acteurs de proximité pour la prise en charge à domicile de leurs patients, plus fluide et adaptée à leur exercice ». Ainsi, « L’URPS Ile-de-France constate que les médecins libéraux prennent en charge des patients présentant des modes de prise en charge équivalents à ceux de l’hospitalisation à domicile (HAD) pour un coût bien moindre puisque le coût moyen d’une journée de prise en charge HAD est estimé à 196 € par l’Assurance Maladie ». Enfin, cette enquête révèle que 52 % des prises en charge à domicile n’ont pas pu se faire à cause « d’un manque de structure ou de professionnels relais permettant le maintien à domicile ». En ces temps de restriction à l’installation des infirmiers libéraux, voilà comme un son de cloche dissonant…

Un nouveau site pour inflib.com

Vous l’avez sûrement vu par vous-même : le site inflib.com a fait peau neuve ces dernières semaines. En particulier il est devenu bien plus accessible sur les portables et sur les tablettes. C’est la première des grands changements à venir pour nous mais on vous réserve encore la surprise (ceci dit rassurez-vous on ne change pas nos classiques comme les réunions d’installation dont la prochaine est le 17 octobre ). Alors ce nouveau site, on en pense quoi ?

 

A la semaine prochaine !

 

 

 

Partager :