L’ONSIL est-il vraiment hors jeu ? Pourquoi faut-il encore voter ? Que deviennent les infirmiers libéraux quand ils raccrochent la blouse ?

 

Cette semaine les négociations conventionnelles continuent à se préparer avec les résultats de l’enquête de représentativité ; l’ordre infirmier appelle à voter pour remplacer la moitié de ses conseillers et un ancien infirmier libéral refait parler de lui…

 

 

 

 

Représentativité : l’ONSIL est-il vraiment hors jeu ?

Avant de démarrer des négociations conventionnelles entre les infirmiers libéraux et l’UNCAM (Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie soit l’union CPAM, MSA et RSI),  "une enquête de représentativité" est faite pour savoir qui sont les syndicats représentatifs qui pourront entrer à la table des négociations. Cette année sans surprise, avec moins de 10 % aux dernières élections URPS, l’ONSIL a perdu son statut de syndicat représentatif. Beaucoup en ont conclu qu’il serait absent des prochaines négociations conventionnelles qui commencent le 12 juillet mais cela est peut-être un peu compliqué que prévu…

En effet cette enquête de représentativité a été faite en vue de mener de négociations sur une nouvelle convention mais entre-temps le législateur semble avoir changé son fusil d’épaule et se diriger vers la rédaction d’un avenant à la convention en cours (ce serait alors le 5°) plus que vers une nouvelle convention. Or, jusqu’à présent il est d’usage que seuls les syndicats qui ont signé la convention, signent les avenants et à l’inverse si un syndicat ne signe pas la convention, il ne peut pas signer les avenants qui suivent (c’est déjà arrivé plusieurs fois). Donc jusqu’à présent il y a un lien fort entre les syndicats qui ont signé la convention et la vie de celle-ci et on ne voit pas bien comment un syndicat signataire de la convention d’origine pourrait être exclu de la signature d’un avenant à cette même convention…

Mais reste à savoir aussi comment se répartissent les forces entre syndicats si on signe "que" un nouvel avenant qui prolonge la convention : doit-on rester sur ce qu’il était en 2007 ou bien évolue-t-il ? Et sur quelles bases ? L’idée de prolonger une nouvelle fois la convention de 2007, parce qu’elle est inédite sur bien des points, semble donc donner plus de questions que de réponses.

L’ordre infirmier renouvelle la moitié de ses conseillers.

Depuis le 14 et jusqu’au 29 juin, les infirmières sont appelées à renouveler la moitié de leurs représentants départementaux. 220 000 infirmiers sont ainsi appelés à voter par voie électronique (il s’agit des infirmiers inscrits à l’Ordre avant le 29 avril 2017) pour élire 358 représentants titulaires (et autant de suppléants), dont la durée de mandat est de 6 ans, dans 56 départements et interdépartements. Pour respecter l’égalité homme/femme, les élections ont lieu par binômes comprenant un membre de chaque sexe (ce qui dans une profession à plus de 80 % féminine pose des questions sur la « représentativité » mais ce n’est qu’un détail…).

Pour plus de renseignements sur le vote électronique en lui-même, rendez-vous sur le site de L’ONI.

Et sinon ? KaouSmart : Il y a une vie après le libéral !

Nous avions déjà croisé Romain du temps où il était infirmier libéral et pris dans un conflit avec la CPAM, le plus « « étonnant » » qui soit (et qui d’ailleurs n’a pas fini de rebondir sur toute la profession). À l’époque, dégoûté et saigné à blanc après des années de travail non-stop, il nous avait dit avoir posé sa plaque et être parti sur d’autres projets. C’est donc avec plaisir que nous l’avons vu revenir nous voir avec son nouveau projet « KaouSmart » (un projet de fenêtre en kit autobloquante facile à monter pour sécuriser les chantiers en attendant la pose des huisseries) que vous pouvez découvrir sur une vidéo. Il n’a plus vraiment besoin des infirmiers mais il a besoin de faire connaître son projet alors si vous avez des artisans autour de vous n’hésitez pas à lui montrer cette vidéo, sûr que ça lui parlera…

À la semaine prochaine !

Partager :