L’ONI opposé à la déréglementation des professions de santé

L’Ordre national des infirmiers (ONI) a affirmé dans un communiqué son opposition à la libéralisation des professions de santé réglementées, dont les infirmiers libéraux et les pharmaciens d’officine.

Le projet de loi du gouvernement sur la croissance et le pouvoir d’achat prévoit en effet de déréglementer certaines professions libérales dans le but de « rendre du pouvoir d’achat aux Français ».

Didier Borniche, président de l’ONI, dénonce une « approche économique simpliste et caricaturale » et appelle à prendre en compte « en premier lieur les impératifs de qualité et de sécurité des soins ». Pour lui, les soins de qualité doivent être dispensés « hors de toute condition de rendement ou de rentabilité économique que des investisseurs extérieur sans rapport avec l’activité professionnelle d’infirmier pourrait imposer ».

Pour l’ONI, l’ouverture du capital des sociétés d’exercice « porterait atteinte à l’indépendance des professionnels de santé ». Il refuse donc « la marchandisation des professions de santé et s’oppose fermement à la volonté exprimée d’ouvrir totalement ou significativement le capital des sociétés d’exercice libéral de professionnels de santé à des non-professionnels ». Le 30 septembre, de nombreux professionnels de santé libéraux avaient fermé leur cabinet et ont manifesté dans les rues afin de protester contre ce projet de loi.

 

 

Partager :