Loi de santé : les professionnels de santé non médecins dénoncent le mépris du ministère

Non associés aux groupes de travail sur le projet de loi de santé, neuf syndicats de professionnels de santé non médecins* protestent contre « le mépris » du ministère de la Santé à leur égard.

Quatre groupes de travail ont en effet été constitués pour faire évoluer certains articles de la loi de Santé, suite à la mobilisation des médecins contre ce projet. Mais « aucune invitation n'a été faite aux syndicats représentatifs des professions de santé non médecins », s'insurgent ces derniers. Ils déplorent leur exclusion des rencontres préparatoires au débat parlementaire sur des sujets « qui les concernent en premier chef », comme le tiers payant, l'organisation des soins de proximité ou le lien ville-hôpital.

« Cette "non invitation" n'est malheureusement pas un épiphénomène et renforce la conviction d'une gestion politique en incohérence totale avec les annonces faites dans le cadre du grand projet de la Stratégie Nationale de Santé qui portait en étendard le principe de démocratie sanitaire et de concertation avec l'ensemble des acteurs », notent les syndicats. Ils remarquent également qu'ils n'ont pas été conviés non plus aux vœux du ministère de la Santé.

Rappelant à la ministre que « l'ensemble des professions de santé non médecins représente aujourd'hui la large majorité de ceux qui prennent en charge les patients et qui exercent leur art avec responsabilité sur tout le territoire et à tous les niveaux du système de soins », ils indiquent qu'ils sont des « acteurs incontournables du dialogue social ». Et ajoutent qu'ils lui ont transmis leur propositions sur l'ensemble de ces sujets. « Le monde de la santé ne se résume pas uniquement à l'hôpital et aux médecins », soulignent les syndicats. Et de conclure : « le temps du mépris doit cesser, les Français, usagers des soins, sauront en prendre acte ! ».

 

*Communiqué signé par les organisations syndicales suivantes : FFMKR, FNI, FNO, FNP, ONSIL, ONSSF, SNAO, UNSAF, UNSMKL.

Partager :