Les libéraux dénoncent la lourdeur du DPC

Sept syndicats de professionnels libéraux, dont le syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (SNIIL) dénoncent dans un communiqué commun, « la lourdeur, les contraintes administratives et juridiques et l’absence de lisibilité » du développement professionnel continu (DPC). Ils estiment que les formations pluriprofessionnelles doivent devenir « une priorité et bénéficier de financements adéquats pour l’ensemble des professions des soins primaires ». Selon eux, « l’Etat a généré un dispositif qu’il ne maîtrise plus, ni dans sa finalité, ni dans ses objectif, ni dans son pilotage ». Ils exigent « des évolutions rapides » du dispositif ainsi que « l’implication pleine et entière des différentes professions dans leurs composantes scientifique et professionnelle ».

Partager :