Le SNIIL proteste contre la « mise sous tutelle » des IDEL

Dans un communiqué, le syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (SNIIL) proteste contre la volonté de « mise sous tutelle » des infirmières libérales par les pouvoirs publics.

Objet de son courroux : la dernière étude de l’Observatoire régional de santé (ORS) Pays de la Loire. Dans ce document, réalisé en partenariat avec le Ministère de la Santé et la DREES, les médecins sont invités à se prononcer sur l'avenir de la profession infirmière, « alors que jamais encore on ne l’a demandé aux infirmières elles-mêmes ! » s'insurge le SNIIL. « Titulaires au minimum d’un niveau d’étude de grade licence, les infirmières libérales ne seraient-elles que des décérébrées incapables d’avoir la moindre idée sur le devenir de leur propre métier et, a fortiori, sur l’évolution des politiques de santé publique ? » s'interroge le syndicat.

L'enquête propose notamment aux médecins de dire s’ils sont, ou non, favorables au rattachement au cabinet médical d’une infirmière « rémunérée par un forfait de l’Assurance Maladie ». L'infirmière serait ainsi « transformée, sans qu’on ne lui ait rien demandé, en tâcheronne corvéable à merci et payée par la Sécu », dénonce le SNIIL.

Pour lui, cette étude illustre « un mépris récurrent et une forte méconnaissance de la profession infirmière », de la part des pouvoirs publics. Le SNIIL s'insurge notamment contre l'absence de consultation des infirmières sur la loi de Santé, alors que les pouvoirs publics veulent permettre la vaccination en officine. Il regrette également l'inexistence d'études sur la profession infirmière, ainsi que l'absence d'infirmière dans l'équipe qui pilote l'élaboration du référentiel métier de la profession.

Le SNIIL appelle donc « instamment les pouvoirs publics à choisir entre aller jusqu’au bout de leur logique et placer officiellement sous tutelle toutes les infirmières libérales… ou avoir plus de considération et de justesse dans l’appréciation du métier infirmier libéral en mettant notamment en œuvre des études sérieuses sur la profession. »

Partager :