L’Autorité européenne de sécurité des aliments réhabilite l’aspartame

« L’aspartame et ses produits de dégradation sont sûrs pour la consommation humaine aux niveaux actuels d’exposition », a conclu l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), suite à une première évaluation complète des risques associés à cet édulcorant de synthèse.

Cette étude a permis d’exclure le risque potentiel que l’aspartame provoque des dommages aux gènes, induise le cancer, ou entraîne des dommages pour le cerveau et le système nerveux. « Pour la population générale, la dose journalière acceptable (DJA) actuelle de 40 mg par kg de poids corporel par jour constitue une protection adéquate », ajoute l’Autorité, qui estime donc inutile de revoir cette DJA. En revanche, les personnes souffrant de phénylcétonurie, une maladie rare du métabolisme, doivent s’abstenir d’en consommer, du fait du risque induit par l’un des composants de l’aspartame, la phénylalanine.

 

Partager :