La CPAM recrute des infirmiers pour son service contentieux et les hôpitaux de Paris perdent 80 millions d’euros de factures sur une boulette informatique… Une semaine Infirmière !

La CPAM recrute des infirmiers pour les services contentieux.

C’est une série d’annonces qui sont parues sur des sites d’emplois soignants et qui nous ont été communiquées par un lecteur sur redaction@inflib.com. Les CPAM (pour ce qu’on a pu vérifier) d’île de France, Franche Comté, Rhône Alpes, Alsace Moselle, Auvergne, pays de Loire et Normandie recrutent en ce moment des infirmiers pour les intégrer à leur service médical.

Le rôle de ces infirmiers du service médical sera triple : Auprès des assurés il « contribuera à l’étude médico-administrative de certaines demandes d’avis sur prestation. Il contribuera aussi à l’étude de la qualité de la prise en charge du patient dans son parcours de soins » (NDLR ?) ; Auprès des professionnels de santé (médicaux et infirmiers) « il assurera des missions d’accompagnement dans des domaines nécessitant des compétences d’ordre médical, notamment pour la promotion des référentiels auprès des professionnels libéraux et hospitaliers » (NDLR ??) et enfin pour le contrôle contentieux, « il contribuera au ciblage et à l’instruction des dossiers de contrôle des professionnels de santé, particulièrement en ce qui concerne les contrôles des infirmiers et des professions paramédicales, il participera au contrôle des établissements ».

Cette nouveauté est sûrement une bonne nouvelle pour les infirmiers libéraux qui demandaient depuis longtemps (notamment sur les dossiers contentieux et encore plus précisément sur le dossier concernant des ais 3) d’avoir un regard infirmier et non pas médical pour évaluer leur travail.

Cependant, en lisant attentivement le profil recherché on note tout de même que si une expérience de 5 ans est exigée (ce qui semble normal pour de l’expertise…) une expérience en libéral n’est, par contre, pas du tout demandée. On peut alors se demander si l’expertise d’une infirmière n’ayant jamais travaillé en soins de ville va vraiment aller dans le sens d’une meilleure objectivité quant à l’évaluation du travail des libéraux. Personne ne penserait à demander à une infirmière libérale de juger l’efficacité et la pertinence des soins de ses collègues en réanimation cardiaque, pourquoi alors l’inverse serait-il possible ? Ces infirmières du service médical de la CPAM doivent prendre leurs fonctions le 2 janvier 2017.

Les hôpitaux de Paris « égarent » 80 millions d’euros de factures.

C’est un article étonnant paru dans le canard enchaîné du 5 octobre 2016  et dont les informations principales ont été reprises en ligne par le magazine Marianne.

D’après un rapport (encore confidentiel) de la cour régionale des comptes, suite à un « bug » lors d’un changement de logiciel, les hôpitaux de Paris auraient perdu en 2011 pour un peu plus d’une centaine de millions d’euros de factures non payées dont 80 millions de dettes en cours. Dans la foulée le rapport épinglerait aussi la gestion lacunaire des dettes de ces hôpitaux qui laisserait en moyenne 45 millions d’euros par an de créances non recouvrées. Après le tiers payant obligatoire, les hôpitaux de Paris inventeraient donc le tiers non payant… Et le canard de conclure « Pendant ce temps le personnel compte chaque seringue et chaque compresse… »

Et sinon ?

Sinon a inflib.com on tire notre chapeau à Angélique Marcelino cette infirmière vosgienne qui après avoir été victime d’un cancer en 2011 est devenue cette année la marraine de la première édition de la « foulée roses » à Épinal et dont le montant des inscriptions a été intégralement reversé au comité départemental de la Ligue contre le cancer. Cette action prend place durant « octobre rose », un mois d’actions pour sensibiliser le public sur le cancer du sein.

Bravo à elle et à la semaine prochaine !

 

 

Partager :