Furosémide Teva : Les génériques, victimes collatérales ?

L’alerte a été donnée par un pharmacien de Saint-Malo dont une patiente avait constaté des effets de somnolence inhabituels alors qu'elle suivait son traitement chronique diurétique. Après ce signalement, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a rappelé en fin de semaine dernière les lots du générique Teva du diurétique furosémide dosé à 40 mg. Certains comprimés de furosémide auraient été remplacés par des comprimés de l'hypnotique zopiclone, dosé à 7,5 mg, également produit par Teva. Par mesure de précaution, il est demandé à tous les patients de rapporter à leur pharmacien les boîtes de Furosémide Teva pour procéder à un échange.
 
Hormis dans la boîte de la patiente de Saint-Malo, aucun comprimé de somnifère n'a été retrouvé dans les boîtes de Furosémide contrôlées pour l'instant, selon le dernier bilan de l’ANSM. Une enquête a été ouverte pour tromperie aggravée, homicides et blessures involontaires, mise en danger de la vie d’autrui et administration de substance nuisible. L’usine de conditionnement de Teva située à Sens dans l’Yonne a donc été perquisitionnée dans ce cadre et aucune anomalie majeure de fonctionnement n’a été détectée pour le moment. En parallèle, quatre enquêtes préliminaires ont toutefois été ouvertes à Toulouse, Marseille, Privas et Toulon suite à des décès suspects de personnes prenant du Furosémide Teva.
 
« Cette erreur de conditionnement, qui est rarissime, n'a rien à voir avec le fait que le médicament en question soit un médicament générique », a insisté la ministre de la santé dans plusieurs médias. Teva est en effet le leader mondial des génériques et  certains spécialistes s’inquiètent que cette erreur de conditionnement ne ravive les doutes des Français envers ce type de médicaments.
 
Qu’en pensez-vous ? Avez-vous eu des patients qui vous ont parlé de ce générique ?
 
 

Partager :