Des élections URPS où "tout le monde a gagné!" et l'ambiance qui chauffe dans les CHU : une semaine infirmiere n°16 !

 

Election URPS "Tout le monde a gagné ! "

C'est une dépêche AFP standard qui a fait le tour des rédactions à partir de mardi (quand les résultats ont été annoncés vendredi soir?):  la FNI a le plus de voix mais le SNIIL "Arrivé en tête en nombre de voix dans 9 régions sur 17 , et disposant dans 9 régions sur 17 d’un nombre de sièges supérieur ou équivalent à la Fni , le Sniil continue de s’imposer lors de ces élections URPS 2016 comme l’un des principaux syndicats infirmiers libéraux de France. "

Quant à résilience il aurait découvert que les remplaçantes seraient considérées comme non conventionnées donc n'ont pas le droit de voter aux urps et demande le remboursement des cotisations URSSAF destinés aux urps des remplacantes.  

Pour les resultats complets du vote, on vous renvoie vers un trés bel article, hyper trop bien et mis à jour mardi 😉
 

Ca chauffe dans les CHU !

Deux histoires abracadabrantesques se télescopent cette semaine dans les CHU:  Tout d'abord celle de ce chirurgien au comportement apparemment plus que limite et qui "aurait" mal soigné (…) un patient  (source apm news pour infirmier.com ou le parisien )

"le Dr Jérémie Marchand, est arrivé au bloc dans un état d'agitation et d'agressivité, s'en prenant notamment à une infirmière, prétendant qu'elle lui avait préparé du matériel de merde, ce qui était faux, peut-­on lire dans un courrier de l'anesthésiste présent qui a été envoyé dès le lendemain du décès à la direction de l'hôpital. Puis le chirurgien a commencé à réaliser l'intervention, agissant de façon brutale, avec des mouvements violents."

Mais tout est au conditionnel car l'avocat du chirurgien a pris la parole et donné une autre version de l'histoire :

« Mon client n'était pas dans un état de rage, affirme Me Chiffert. En 30 ans de carrière, il n'a jamais eu de problème relationnel avec qui que ce soit. Cela fait près de trois ans qu'il exerce à Bourges. La direction de l'établissement n'a jamais entendu parler de la moindre difficulté. »« L'avocat de la famille répète à l'envi que la résection transurétrale de la prostate est une intervention banale, sans risque, ajoute Me Chiffert. On ne peut pas laisser dire cela. Il s'agit certes d'une intervention extrêmement courante mais ni anodine ni mineure. »Me Chiffert estime également que « la responsabilité des anesthésistes dans la prise en charge de ce patient devra être discutée ».

Ambiance…

Et bonne ambiance aussi au CHU de Toulouse où des agents se sont mis en greve suite au comportement "etrange" de plusieurs cadres lors d'une réunions du CHSCT.

Et ceci en plus du suicide d'un généraliste  dans le sud ouest, quelques semaines à peine aprés celui d'un interne à Marseille
Drôle de semaine donc, à moins qu'en fait il n'y ai rien de vraiment nouveau comme le prévoyait déja dans Nicole Delepine dans la revue atlantico  en aout 2013 .

Cyclo sein : Un périple à velo pour sensibiliser aux riques du travail de nuit pour les femmes

Sylvie Pioli infirmière de nuit en PACA a décidé de sensibiliser les pouvoirs publics sur le risque accru de cancer du sein pour les femmes qui travaillent la nuit. Elle a lancé une pétition en ligne et prévoit un raid en vélo en septembre pour porter ses revendications au ministère de la santé en septembre.

Une mehari pour Hugo le gagnant de la semaine

On aurait aimé finir sur une note un peu plus drôle mais decidement cette semaine ne le veut pas et nous sommes tombés sur cet article de sud ouest qui nous apprend que la famille d'une des victimes du bataclan a crée une mehari de location (c'est leur métier…) pour lui rendre hommage . "Notre neveu, Hugo Sarrade, a été abattu au Bataclan le 13 novembre. Il avait 23 ans, il était étudiant en intelligence artificielle et revenait du Japon où il avait projeté de passer sa thèse.Avec son papa, Stephane Sarrade, nous nous sommes réunis à noël et avons cherché à donner du sens à ce qui n'en n'avait pas en décidant de créer une MEHARI en sa mémoire. En effet, il nous fallait surmonter l'insoutenable et trouver un moyen de se relancer dans le travail, comme une thérapie.Nous avons acheté une MEHARI à rénover, financée par ce qu'a touché Stephane du fond d'indemnisation des victimes du terrorisme. Le méhari club cassis a participé à la fourniture des pièces détachées neuves. Nous avons reconstruit cette voiture qui a été terminée aujourd'hui, jour de la fête d'Hugo, mais ce n'était pas calculé..." Une idée simple et belle que cette mehari rouge et sans ceinture qui va courir entre les pins pour rappeller qu'on ne tue jamais la jeunesse et qui nous a touché… Bref, si on passe du coté du pyla cet été, au moins, on saura quoi faire.

A la semaine prochaine (et haut les coeurs hein…) !

 

Partager :