Après l'agression d'une infirmière, l'Ordre réclame une sécurité renforcée

Le 31 décembre 2013, une infirmière de l’hôpital psychiatrique de Cadillac (Gironde) a été violemment agressée par un patient de l’unité pour malades difficiles. Suite à cet acte qui a nécessité son arrêt de travail pour trois mois, l’Ordre des infirmiers appelle au « respect des promesses engagées par les pouvoirs publics » en matière de sécurité pour les infirmières. Il souligne que « l’événement rappelle les difficultés des conditions d’exercice de la profession, notamment en psychiatrie, et le besoin urgent d’effectifs renforcés sur de nombreux territoires ».

« Une situation telle que celle de l’hôpital de Cadillac ne doit pas se reproduire et nous proposons de placer les professionnels de la psychiatrie au cœur des débats sur la stratégie nationale de santé annoncée par le Premier Ministre », réclame Didier Borniche, le président de l’Ordre.

Partager :